Digital Nomad & la Fiscalité : Résident fiscal nulle part ?

  • par

Nous sommes en plein mois de mai et après avoir rempli sa déclaration de revenus, pas mal d’entre vous devez vous poser la question : pourquoi je paie encore des impôts en France alors que je n’y ai pas mis les pieds depuis 2 ans ?

Je sais que c’est tentant de penser autrement : résidence fiscale = là où l’on habite.

On habite nulle part donc on n’est résident fiscal nulle part. Wow je suis grave intelligent.

Cette réflexion est complètement erronée.

Malheureusement, sur plein de sites et de forums, on vous vend des formations (voire on vous les donne gratos pour vous vendre autres choses derrière) mais tant que ce n’est pas des conseils donnés par un avocat fiscaliste que vous payez, ces formateurs sont rarement fiables.

Quand le fisc va vous courir derrière, n’espérez pas pointer vers le « formateur » en question. Les conseilleurs ne sont pas les payeurs.

Même les sociétés internationales qui se croient malignes et qui font des montages fiscaux a priori « légaux » se font taper dessus de temps en temps.

Si vos intérêts économiques sont en France, vous devez payer vos impôts en France… à moins que vous ne puissiez justifier d’une résidence fiscale dans un autre pays ou des intérêts économiques à l’étranger supérieurs à ceux en France.

Ce qui sous-entend : un visa long terme, des tampons prouvant que vous êtes effectivement resté là-bas xxx mois (selon la définition de « résident » du pays), un loyer que vous payez, une société sur place, un contrat local, un centre économique loin de la France, la fiche d’imposition dans ce pays… La liste n’est pas clairement définie ni communiquée par qui que ce soit, mais quand le fisc va frapper à votre porte, ils vous demanderont des preuves.

Un deuxième danger de ceux qui estiment ne pas avoir de résidence fiscale, c’est paradoxalement une insécurité fiscale. Être résident fiscal dans un pays vous « protège » contre la double imposition. Si vous n’avez aucune résidence fiscale, tous les pays dans lesquels vous séjournez plusieurs mois peuvent potentiellement vous demander des comptes.

Un dernier danger, c’est le retour en France. Nous sommes pour la plupart jeunes, en bonne santé et insouciants, mais que se passera-t-il quand on sera vieux, malades, sans jamais payer des cotisations en France ? Le Covid nous a montré une chose : quand le monde va mal, chaque pays ne s’occupe que de ses résidents. Les autres sont invités à… rentrer chez eux.


Personnellement, ayant bénéficié de l’argent public français sans dépenser le moindre sou pour mes très longues études, je n’ai pas pu contribuer avant mon premier emploi. Je pense sincèrement que payer les impôts en France, c’est un devoir. Un devoir de rembourser, ne ce serait-ce que tout ce qu’on m’a donné. Un devoir de contribuer à former d’autres personnes comme moi. Surtout quand mon activité est maintenue par des clients français, ma formation payée par les contribuables français.

Il faut changer de mentalité : L’abondance n’est pas d’essayer de gratter des sous en payant moins d’impôts, mais essayer de gagner plus. En Norvège, un des pays où les impôts très élevés sont prélevés de source et où même un Coca Cola coûte la peau des fesses, les gens sont très contents de payer les impôts en échange d’un système d’éducation gratuit et d’avoir une sécurité sociale.

Vous qui voyagez beaucoup, vous avez sûrement vu à quel point c’était difficile dans les pays où la sécurité sociale n’existait pas, d’accéder aux soins de qualité et combien ça coûtait. Même les pays asiatiques facturent des soins dentaires qualitatifs à un prix beaucoup plus élevé que les 23€ annoncés en France. Savez-vous combien ça coûte un rdv chez le dermato aux Etats-Unis ?